Chargement du vin (avant 1900)


Famille Bott-Cartier
Depuis 1775, une Histoire de Familles.

Du côté des hommes de la famille Bott, l’amour du vin coule dans leurs veines depuis des générations. Etabli à Ribeauvillé, Frédéric Paul BOTT (1898 - 1992) est viticulteur et puise son expérience d’une longue tradition familiale. Son père, David Gaston BOTT (1863 – 1932), était marchand de vins à Ribeauvillé et son oncle, Frédéric Laurent BOTT (1860 – 1918), propriétaire viticole. Eux aussi avaient suivi les traces de leurs aïeux vignerons et brasseurs remontant à 1775.
Du côté des femmes de la famille Geyl, l’amour de la vigne s’est transmis de génération en génération. Issues d’une famille de cultivateur, Suzanne (1903-1974) et sa sœur, Andrée (1906-1981), ont suivi les traces de leur père, Jacques Edouard GEYL (1868 – 1947), gourmet et viticulteur à Beblenheim. Lui-même était héritier d’une tradition familiale remontant à 1795, à l’époque où son ancêtre Jean-Martin GEYL labourait ses vignes et faisait son vin.
L’union des deux familles est célébrée le 27 octobre 1926 lorsque Frédéric Paul BOTT épouse Andrée GEYL. Les jeunes mariés fondent leur foyer à Ribeauvillé et donnent naissance à Pierre en 1928 et Edouard en 1930. Etant restée célibataire, Suzanne GEYL reprend l’exploitation familiale, établie depuis 1947 au 1 rue du Petit Château à Beblenheim.
Les deux fils BOTT bénéficient d’une éducation rigoureuse. Après son bac, Edouard étudie deux ans à l’école de viticulture de Beaune puis un an dans une école de commerce à Strasbourg. En 1953, il fonde le Domaine Bott-Geyl en rejoignant sa tante Suzanne sur l’exploitation de Beblenheim. Le manque de moyens matériels les oblige à transporter les premières récoltes sur l’exploitation de son frère, Pierre, à Ribeauvillé.
Le 18 avril 1959, Edouard épouse Annette SCHMIDT, elle aussi fille de vigneron sur la commune de Riquewihr ; autour d’un repas qui mis à l’honneur les vins des deux familles. Jacques SCHMIDT, son grand-père paternel, était courtier en vins et vigneron à Riquewihr. Il avait également étudié l’art de travailler le bois et le métier de tonnelier en Allemagne, une profession très à la mode à l’époque. Son père, René SCHMIDT, fit ses études en langue allemande jusqu’à la fin de la guerre en 1918. Il intégra ensuite l’école professionnelle de Nancy pour entamer une carrière dans le secteur bancaire à son retour à Colmar. Passionné par les richesses de la terre et de la vigne, il ne lui fallut que quelques années avant de rejoindre l’exploitation familiale.
En 1959, Edouard est élu au conseil municipal de Beblenheim, puis devient adjoint en 1965 et dirige ensuite la commune durant 24 ans, jusqu’en 1995. La vie publique le passionne, la vigne aussi et surtout, sa famille. Edouard travaille dur à l’installation du Domaine Bott-Geyl pour y rentrer les raisins et c’est à partir de 1961 que la vendange a pu enfin être vinifiée dans les chais à Beblenheim. Membre de la Confrérie Saint Etienne, il a l’honneur en 1996 d’en être le Grand Maître : le premier responsable, le premier serviteur et le premier animateur. Sans conteste, une année riche en honneur mais aussi en travail. Au domaine, il utilise des méthodes avant-gardistes pour l’époque, en ouvrant sa cave aux visites de bus pour se constituer une nouvelle clientèle, en utilisant des représentants pour faire connaître ses vins et en expédiant des mailings. En l’espace de 40 ans, il fait passer l’exploitation de 4 à 14 hectares, construit deux caves et instaure dès 1961 la mise en bouteille à la propriété.
En 1993, Edouard transmet les rênes de l’exploitation à son fils Jean-Christophe. A seulement 24 ans, Jean-Christophe puise dans ses lignes directrices d'un passé viticole riche, d'une nature omniprésente et d'expériences acquises auprès de vignerons de France (Domaine des Comtes Lafon – Bourgogne), d’Allemagne (Théo Luckert – Franconie) et du Nouveau Monde (Rolf Binder Veritas Winery – Barossa Valley, Australie / Koopmanskloof – Afrique du Sud). C’est un ardent défenseur des terroirs, tout autant que des raisins vendangés à parfaite maturité. Il travaille de petits rendements et gère sa vinification d'une manière naturelle et minimaliste en pratiquant des élevages doux et longs, toujours dans un total respect de l’identité des sols. Ces efforts sont récompensés en 1996 lorsqu’il est désigné « Vigneron de l’année » par le guide de vins Gault & Millau. Il convertit le domaine en culture biologique en 2000 et en biodynamie en 2002, notamment inspiré par sa femme, Valérie qui achetait des légumes bio. Ce mode de culture et d'élevage est en totale cohérence avec le respect de la matière première et apporte une lecture pertinente à l’expression des vins issus de grands terroirs. C’est tout l'art de faire converger tradition et modernité, pérennisation du vignoble et souci écologique.
Au fil des années, chaque membre de la famille a participé à l’accumulation d’un beau patrimoine de vignes et à la construction de l’identité du domaine par l’intermédiaire d’achats, de locations et d’échanges de parcelles. Aujourd’hui, le domaine Bott-Geyl possède 15 hectares dont 6 Grands Crus, 4 Lieux-Dits et 1 Clos historique. Jean-Christophe s’applique à sublimer leurs qualités naturelles et les particularités de chacun d’entre eux. Il élabore des vins qui apportent une vision singulière au génie des terroirs et à la notion de « Grand Vin d'Alsace ».
Cette recherche de l'authentique ne suit pas d'effets de mode. C'est plutôt sa manière de coller à l'histoire des hommes et des femmes des familles Bott de Ribeauvillé et Geyl de Beblenheim qui ont foulé le sol des chais et des vignobles avant lui. Mais ses pensées volent déjà ailleurs… et s’inscrivent dans la volonté de transmettre un patrimoine familial riche en histoire et en savoir-faire à ses fils, Pierre-Antoine (14 ans) et Arnaud (12 ans). Eux aussi marqueront peut-être l’histoire du Domaine Bott-Geyl...
Site par